LA VOIE DU YOGA ET L'HYPERTENSION

L'hypertension est d'ordre héréditaire ou psychosomatique. La définition clinique est une pression du sang anormale.

LA RACINE DE LA CAUSE :

La vraie cause de cette hypertension est selon le Yoga, l' "ignorance" de notre vraie nature et la perte de conscience de ce que nous sommes réellement.

Donc au début, il n'y a pas de douleur. Nous avons donc tendance à ignorer cette hypertension qui sommeille. Puis viennent les complications qui nous incitent à faire quelque chose.

La prévention qu'est la pratique du Yoga régulière est donc meilleure !

 

AUTRES CAUSES

Les causes seront donc :

  • essentiellement mentales, (pas heureux, tensions, dépression, anxiété),
  • dûes à la perturbation de l'énergie (prana),
  • liées au style de vie (sommeil, alimentation, sédentarité, vie moderne),
  • héréditaires,
  • liées à l'age.

En Yoga, on notera une prédominance du nadi PINGALA (lié au système nerveux sympathique) sur le nadi IDA (lié au système nerveux parasympathique).

Outre le tabac, le cholestérol et la vie sédentaire, l'hérédité est une cause d'hypertension. Si vos 2 parents avaient de l'hypertension, la chance que vous ayez de l'hypertension est supérieure à 45% par rapport à la normale. Et si vous n'avez qu'un parent ayant de l'hypertension, votre chance augmente seulement de 35% par rapport à la normale.

LA VOIE DU YOGA

Le Yoga augmentra les résistance physique et émotionnelle. Il apportera aussi un sens à notre vie ce qui permettra de devenir plus détendu car nous commencerons à trouver satisfaction et contentement. Cela créra de l'ordre dans notre cerveau plutôt que du chaos.

Nous proposons trois méthodes selon la disponibilité des personnes :

  • des exercices spécifiques et particuliers à la personne, prenant environs 5 à 10 minutes le matin et le soir avant le dîner.
  • des séances spécifiques et particulières, plus longues ( 30 minutes environ) à effectuer ensuite tous les jours par la personne, et évolutives sur 3 mois.
  • une participation régulière aux cours collectifs chaque semaine, non spécifique à l'hypertension, mais engendrant une amélioration graduelle ce toutes les fonctions de la personnalité.

Nous rapelons aussi que le Yoga ne supprime pas le traitement en cours, ni la consultation chez son médecin. Il est conseillé d'aller voir régulièrement son médecin pour contrôler l'évolution de sa tension. Il est bien aussi de connaître nos antécédents héréditaires, si nous avons des problèmes de reins, des perturbations pour uriner...

Le Yoga améliore le plan physique, le plan mental, le plan psychique et la santé spirituelle. Il améliore les réflexes physiologiques et les réponses deviennent plus subtiles et sensibles. Il aide à changer son style de vie, à s'ajuster, s'adapter aux changements de situation de circonstances, à accepter mieux l'environnement et avec humour. Il éveille la personne aux réalités de l'existence, infusant espoir courage et zèle.

La personne qui pratique le Yoga ne se plaint pas, ne condamne pas.

Mais c'est vous, le pratiquant qui devez traiter votre hypertension. Vous devez aussi connaître un minimum le fonctionnement de votre coeur, comme il faut savoir qu'il faut mettre de l'huile, de l'eau de refroidissement dans votre voiture. La plupart des gens se rendent malades cat ils ne connaissent pas leur corps, encore moins leur mental, et ne parlons pas de l'esprit ! Ils ne peuvent donc pas se maintenir en bonne santé de fonctionnement.

Les techniques utilisées seront :

  1. des techniques de relaxation incluant Pratyhara (retrait des sens), le sankalpa (résolution), la désensibilisation et le déconditionnement (des parents, de l'environnement...),
  2. des postures et respirations équilibrant le physique, l'émotionnel, le pranic (énergétique), le mental et le psychisme.
  3. la méditation induisant relaxation et connaissance de soi. On devient conscient à l'intérieur et moins sensible aux facteurs extérieurs. On retrouve les ressources en soi. Les exercices de conscience dissociée du corps engendrent des ondes alpha et téta dans le cerveau. La respiration et le coeur voient leur rythme diminuer et le corps entier se repose. Les vaisseaux se dilatent et oxygènent le sang qui arrive aux organes. Les toxines et l'acide lactique sont éliminés. La vitalité augmente. Des exercices de Kriya Kundalini afin d'activer le prana (énergie vitale) dans les nadis, rééquilibrer les système nerveux sympathique et parasympathique ainsi que les glandes endocrines.

Quand un enfant s'endort, il oublie ses problèmes. Il dort donc d'un complètement et réellement. Quand il joue, il joue pleinement ; libre d'inquiétudes du passé et du futur. On développera donc :

  • le Témoin afin qu'une chose qui nous arrive et nous traverse ne soit pas saisie,
  • l'acceptation, la non comparaison (chacun est différent et chacun a son propre rôle. Il n'y a pas de meilleur),
  • le bonheur qui est à l'intérieur et non pas à l'extérieur,
  • la non culpabilisation,
  • le traitement de la colère qui est une énergie qu'il faudra apprendre à utiliser.

 

COMMENT PRATIQUER

Vous devez réellement vouloir guérir et vous devez pratiquer régulièrement avec patience et persévérance sans être stressé. Une posture (asana) ne doit pas être vu comme une posture physique mais comme un état d'être. Il doit être pratiqué sans effort et en conjonction avec la concentration mentale et l'attention à la respiration. Sinon cela peut augmenter au contraire l'hypertension. Un professeur réellement formé dans une vraie école de professeur reconnue d'une part par les maîtres-Yogis de l'Inde et par les grandes fédérations en Europe sera nécessaire. Le corps en position statique deviendra dynamique et se réajustera de lui-même. La posture indiquera à la personne sa déficience.

Tous les pranayamas ne devront pas être utilisés. On utilisera ceux qui augmentront l'oxygène en faisant baisser la pression du sang et couper l'activité du système nerveux sympathique. Bien utilisées ces pratiques diminueront progressivement

  • l'emploie des drogues,
  • les maux de tête,
  • la nervosité,
  • l'irritabilité,
  • le manque de sommeil,
  • les palpitations, ...
  • et cela sans effets secondaires.

Quand on comprend un peu mieux sa place dans l'univers au travers de la méditation, sa vie trouve un nouveau sens. On récupère beaucoup de paix et de bonheur intérieur. Ceci est le meilleur moyen de laisser l'hypertension de coté ! Le fait d'avoir de l'hypertension indique qu'il y a un défaut dans la manière de vivre. Il est donc aussi important d'avoir un style de vie naturel et de suivre les lois naturelles afin d'être libre des maladies et de rester en bonne santé.

  • On se lèvera tôt et on se couchera tôt.
  •  On réduira le sel que l'on pourra remplacer par les épices et les herbes.
  • On diminuera les viandes et en particulier la viande rouge. Si on veut manger de la viande, on favorisera les viandes blanches comme la volaille, le veau.
  • On diminuera les calories et les graisses en favorisant les grillades et la cuisson vapeur.
  • On mangera à heures régulières, et en petite quantité.

 LA PRESSION DU SANG

Le sang doit être apporté aux organes, sinon ils meurent. Nous avons entre 5 et 6 litres de sang qui correspondent à environ 8% du poids du corps. Le sang passe dans des vaisseaux sous pression. Cette pression peut augmenter selon différentes causes :

  • la sortie du coeur,
  • la résistance du sang à l'entrée des vaisseaux,
  • la viscosité du sang,
  •  le volume du sang.

Le coeur pompe en circuit fermé. Si la pression augmente, la tension des vaisseaux augmente.

Plusieurs mécanismes sont mis en jeux pour faire circuler le sang :

  • la pesanteur,
  • la pompe respiratoire,
  • le pompage dû aux muscles,
  • le coeur lui-même,
  • la pression des veines,
  • le volume du sang.

LE COEUR

Les anciens Yogis placent le coeur comme centre de la compassion (la manifestation d'Anahata chakra). L'esprit se place dans le coeur plutôt que dans le cerveau.

Un petit nerf à droite du coeur envoie une impulsion pour contracter son tissu musculaire. Le taux de contraction est contrôlé par le système nerveux autonome (sympathique qui accélère le coeur et parasympathique qui le ralentit).

Le système sympathique prépare le corps à affronter l'environnement extérieur, le stress,... Le système parasympathique permet au corps de se relaxer. L'hypotalamus est le contrôleur-régulateur du système nerveux autonome. Le stress envoie un signal à l'hypotalamus qui stimule le système nerveux sympathique qui dilate les vaisseaux sanguins du coeur aux muscles et contracte les autres vaisseaux sanguins. On peut donc courir vite. S'il y a trop de stress, trop de système sympatique, les vaisseaux peuvent devenir trop contractés pour une longue période.

AVONS-NOUS DE L'HYPERTENSION ?

C'est une maladie silencieuse. La plupart des gens aynt une surtension montrent peu ou pas de symptômes pendant des années. C'est un signe qu'il y a un problème de gestion des corps physique, émotionnel et mental  avec l'environnement. Il y a tension de tout le corps avec le complexe mental par un déséquilibre du système nerveux. Un mental instable conduit à un corps instable. Des perturbations mentales ou émotionnelles entraînent des problèmes cardiovasculaires.

Dans l'hypertension, le corps ne peut s'adapter au besoin intérieur et extérieur de l'environnement. Comme les artères sont ressérées, le coeur ne peut apporter suffisamment de sang donc d'oxygène aux muscles et ne peut éliminer suffisamment les déchets dûs à la fatigue par exemple. L'acide lactique est un sous-produit du stress, fabriqué par les muscles.

Les symptômes qui peuvent impliquer une hypertension :

  • des maux derrière la tête, spécialement le matin,
  • des palpitations soudaines,
  • une augmentation de la vitesse du coeur,
  • la nervosité,
  • une lassitude, apathie,
  • de la dépression, de l'anxiété,
  • une irritabilité.

Les symptômes qui peuvent suggérer une hypertension :

  • des maux de tête,
  • un souffle court,
  • des palpitations,
  • une langueur,
  • un sentiment de tête pleine,
  • des perturbations de la vision,
  • un manque de sommeil,
  • une perte d'appétit,
  • perte de mémoire et de concentration,
  • un désir de vomir,
  • des problème de coeur,
  • des problèmes de reins,
  • des problèmes de thyroïde,
  • une suractivité en adrénaline

Le profil type est celui d'une personne jeune, dans la quarantaine, homme ou femme d'affaire, avec compétition, agressivité, ambition et vie stressante.

Les concéquences en sont :

  • une augmentation du volume du coeur,
  • une détérioration des valves,
  • un taux d'oxygène arrivant au cerveau qui baisse, induisant des maux de tête, perte de mémoire et de concentration,
  • une diminution de la vision,
  • un dysfonctionnement des reins avec parfois incapacité à produire l'urine,
  • et une augmentation des toxines dans le corps.

Le Yoga permettra de relaxer le corps et le mental, permattant aux vaisseaux sanguins de se relâcher, améliorant la diffusion du sang, de l'oxygène et des nutriments dans les tissus.

La détente permettra de défaire la contriction des vaisseaux sanguins et augmentra le flux sanguin dans les tissus musculaires avec élimination des déchets comme l'acide lactique. Durant la méditation, cet lactique est éliminé 4 fois plus rapidement que pendant une activité normale et 3 fois plus vite que pendant le sommeil (R.K. Wallace & H.Benson, in Scientific American 226 N°2 Fev 72 pp 84-90)

Le Drashta, cette attitude méditative du témoin, permettra de contrôler l'adrénaline et la stimulation du système nerveux sympathique aux situations stressantes.