MUDRAS et BANDHAS

HISTORIQUE DES BANDHAS

Traditionnellement dans le hatha yoga, les bandhas faisaient partie des mudras. Dans les temps anciens ils étaient réservés à ceux qui s'engageaient dans une voie spirituelle. En les associant avec les mudras et les pranayamas, ils réveillent des facultés psychiques et augmentent l'effet des pratiques yoguiques.

 

 DEFINITION DES BANDHAS

Bandha signifie "verrouillage, attacher, retenir captif, contracter". Dans cette technique, deux pôles opposés d'énergie sont "attachés" ensemble. Par la contraction des muscles et des organes dans le corps physique, l'énergie s'accumule dans un centre particulier. Ces centres sont la gorge, l'abdomen et la région du périnée.

  • Jalandhara bandha agit sur la gorge,

  • Uddiyana bandha sur la région du plexus solaire,

  • Moola bandha sur la région du périnée.

  • Maha bandha qui est l'association de ces 3 bandhas.

L'objectif principal des bandhas est d'enfermer les pranas dans des espaces précis et de réorienter leur courant dans un but spirituel.

 

EFFETS DES BANDHAS

On peut les pratiquer isolé, deux par deux ou tous les trois ensemble.

Les bandhas sont des pratiques puissantes qui produisent et accumulent le prana (voir la page : pranayama) dans ces parties spécifiques des corps physique et subtil. Ils contribuent grandement à l'éveil des chakras.

Ils harmonisent le système endocrinien (aussi appelé le système humoral car agit sur les émotions) :

  • les glandes pituitaire, pinéale, thyroïde, parathyroïde et le thymus par jalandhara bandha,
  • le pancréas et la production d'adrénaline par uddiyana bandha,
  • les gonades et le périnée par moola bandha.

Ils calment la respiration, diminuent la pression sanguine, ralentissent le rythme du coeur, augmentent les ondes alpha du cerveau, diminuent l'activité du système nerveux sympatique, massent le système digestif, augmentent les facultés dormantes du cerveau, augmentent le retrait des sens (prathyahara) et spécifiquement pour moola bandha arrêtent la descente de la conscience et la redirige vers le haut.

Chaque bandha aura des effets spécifiques :

  • Moola bandha agit sur le corps périnéal et est donc relié à la base du cerveau dans le plancher crânien. Ce système filtre l'énergie et la redistribue dans les zônes cérébrales pour maintenir le cerveau actif et conscient. Il sollicite aussi le système nerveux parasympatique qui apporte de la détente aussi bien au niveau cervical que sacré. L'alternance tension/relâchement provoque aussi une détente plus profonde. Cette contraction a une incidence sur le mouvement du péristaltique intestinal et facilite donc une meilleure évacuation. C'est aussi un exercice intéressant pour soulager les hémorroïdes (stagnation de sang) qui sont une conséquence d'une paresse veineuse. La contraction/relâchement de moola bandha active la circulation sanguine. Il permet de contrôler ou de maîtriser l'activité sexuelle : les traumatismes divers, l'éjaculation précoce, la frigidité, la tension, les tabous...Spirituellement, moola bandha éveille et réoriente l'énergie spirituelle vers le haut. La région du périnée régit la création, les instincts, la procréation, la peur, le besoin de nourriture et de dormir. C'est le niveau reptilien de la conscience, primitif. Tout un passé y reste bloqué, enfoui et moola bandha y aura une action utile.

 

  • Uddiyana bandha signifie "s'élever, s'envoler". Il est un puissant stimulant du feu digestif et il dynamise toutes les fonctions : la digestion, l'assimilation et l'évacuation car il masse tout. Par la pression exercée, il tonifie profondément les organes et les viscères et contribue à améliorer leur fonction respective. Les organes sont pressés, puis détendus, améliorant la circulation sanguine à l'intérieur. Ces massages agissent jusqu'aux reins, les glandes surrénales et participent aussi à une meilleure gestion du stress. Uddiyana bandha est connu pour dissiper la fatigue, la léthargie, l'anxiété et les tensions. C'est le centre majeur de la santé physique et mentale. Il augmente la quantité, la qualité et la distribution du prana. Uddiyana bandha agit sur la zône des émotions, des relations, et de certaines expériences psychiques. Il permet de desserrer ses liens de dépendance. Il permet donc de rééquilibrer le système sympatique, activateur, d'être plus efficace et de mieux se comporter dans toutes les situations de stress et d'émotions.

 

 

 

  • Jalandhara bandha de sa signification "jal = réseau" et "dhara = courant ou flot" correspond à la contraction ou verrou physique qui contrôle le réseau des nadis, des nerfs et des vaisseaux sanguins qui traversent le cou en direction du cerveau. Il masse donc les glandes thyroïde et parathyroïde en équilibrant leur fonctionnement. Il modère le processus métabolique du vieillissement. En comprimant la gorge et la trachée, il stabilise la pression sanguine qui alimente le cerveau et régule en conséquence les rythmes cardiaque et respiratoire et est très favorable contre l'hypertension. Le nombre de pensée diminue et apporte un calme. L'extension et l'élongation de la nuque et de la moelle épinière dans la région du cou étirent les méninges autour du cerveau et libère les blocages éventuels crâne/rachis. Jalandhara bandha est utile dans les affections touchant la gorge et la voix. Il diminue le stress, l'anxiété et la colère. Il développe l'introspection propice à la méditation et à la focalisation du mental. En rétention pleine il inonde le cerveau de prana et stimule les centres supérieurs du cortex. Jalandhara bandha agit sur les noeuds liés aux attachements spirituels de cet endroit qu'est la gorge. Il libère notre attachement viscéral à notre individualité et aussi notre attachement à l'intellect et aux expériences psychiques qui dépassent le corps et les émotions.

 

  • Maha bandha est le grand verrouillage et consiste à appliquer ces trois bandhas dans un ordre bien déterminé et dans des conditions particulières de circulation de la conscience. Il agit puissamment sur l'énergie pranique et stimule fortement l'énergie psychique en apprenant au mental à s'intérioriser. Il est recommandé pour introduire les pratiques méditatives et soutenir la recherche spirituelle.

 

 

 

HISTORIQUE DES MUDRAS

Dans le yoga traditionnel, on les considère comme une branche indépendante du yoga qui exige une conscience raffinée. Ils sont plus subtils que les bandhas. C'est pour cette raison qu'on les apprend après avoir acquis une certaine aisance dans les asanas (postures), les pranayamas et les bandhas. Ils font donc partie des pratiques élevées du hatha yoga parce qu'ils sont destinés à l'éveil des pranas et des chakras.

On les retrouve aussi dans l'art de la danse traditionnelle en Inde : NATYA. Ils traduisent toutes sortes de sentiments avec les mouvements des yeux, des mains, des pieds, du corps, du visage, etc... Dans le yoga ce sont des combinaisons de mouvements physiques subtils qui modifient l'humeur, l'attitude, la perception et qui approfondissent le niveau de conscience et de concentration. On les considère comme des moyens de connecter le corps avec la psyché ou comme des clés qui établissent une liaison corps-mental. 

 19 mail

 

 DEFINITION DES MUDRAS

Mud signifie "plaisir" et dra "tirer en avant". Mudra signifie donc "geste, attitude (mentale ou émotionnelle). Ce sont donc des gestes, des attitudes, des états psychiques, subtils, des court-circuits, des raccourcis. 

Ce sont des combinaisons :

  • d'attitudes physiques,

  • de courant pranique (souffle) pour réorienter l'énergie,

  • de chemin de conscience (on manipule le prana),

  • de visualisation.

 

TYPES DE MUDRAS

Il existe de nombreux mudras que l'on peut classer en cinq catégories :

  • Les mudras des mains (HASTA) très dispensateurs d'énergie, dont chaque doigt possède un symbolisme.
  • Les mudras de la tête (MANAS) avec les yeux, la langue, les oreilles et les lèvres.
  • Les mudras posturaux (KAYA) utilisant tout le corps.
  • Les mudras de fermeture (BANDHA) qui sont la mise en pratique simultanément d'une posture (asana), d'un bandha et d'un pranayama.
  • Les mudras dans la région du périnée (ADHARA).

Nous pratiquerons les mudras suivants :

  • Gyan Mudra, Chin Mudra,
  • Namaste Mudra,
  • Bhairavi-Bharava Mudra,
  • Hridaya Mudra,
  • Shambhavi Mudra,
  • Nasikagra drishti,
  • Manduki Mudra,
  • Bhuchari Mudra,
  • Akashi Mudra,
  • Tadagi Mudra,
  • Bhujangani Mudra,
  • Kaki Mudra,
  • Ashwini Mudra,
  • Vajroli Mudra,
  • Khechari Mudra,
  • Yoga Mudra,
  • Un Mani Mudra,
  • Prana Mudra,
  • Viparita Karani Mudra,
  • Maha Mudra,
  • Shanmukti Mudra,
  • Naumukhi Mudra,
  • Passhini Mudra,
  • Tadan Kriya,
  • Maha Vedha Mudra.

 

 

EFFETS DES MUDRAS

 

  • Ils unissent les trois corps : physique, mental et pranique.
  • Ils créent une humeur, un sentiment, une perception, une émotion.
  • Ils modifient donc l'humeur, l'attitude, le niveau de perception, de conscience.
  • Ils influencent les réflexes inconscients et primaires.
  • Ils permettent de sortir de ses habitudes pour avoir une conscience plus raffinée de soi.
  • Ils permettent de quitter nos instincts tels la peur, l'attraction, le sommeil, le désir.
  • On devient conscient des processus inconscients à l'aide du corps.
  • On se libère des émotions en particulier la peur.
  • Ils permettent d'être moins perturbé par les informations multiples venant de l'extérieur.
  • Ils permettent donc d'atteindre des niveaux de conscience supérieurs.
  • Ils stimulent les nadis, les chakras en augmentant le prana.

 

Bonne pratique...à essayer...