NADA YOGA OU YOGA DU SON

Pour produire de la musique, il faut jouer d'un instrument, ce qui n'a rien de métaphysique. Pourtant, qui peut toucher le son ? Il n'a ni localisation, ni forme, ni support fixe. On peut le mesurer, mais il n'est pas physique au même sens que la matière. Il agira donc en priorité sur la sphère psychique, intuitive ou du mental profond.

 

LA CREATION DANS LE YOGA

1 - Au départ : le calme infini :

On donne le nom de Brahman, celui qui ne désire rien, qui est le tout. Il n'y a ni nom, ni forme, c'est le calme infini. Il est incompréhensible, transcendant. On l'appelle Shiva avec sa parêdre Shakti faisant un. Brahman est la conscience suprême. La conscience peut être vue comme une lumière, ce qui est lumineux (comme la racine latine Dies de Dieu qui signifie "briller, être lumineux" et qui provient de la racine sanskrit Div).

Selon Swami Shivananda Saraswati, le son est la première manifestation de l'absolu. C'est le son qui, ensuite produit toute la manifestation.

 

2 - La première pensée : l'aspect créateur - la Source :

Brahman est un et non-duel. Il pensa "Laissez-moi devenir plusieurs" et cela causa une vibration avec un son et ce son fut OM à partir duquel la manifestation se développa. Il y eut donc une idéation, une première "pensée", un désir, une volonté, une impulsion causale, un point d'impulsion, une étincelle (Bindu) qui va polariser la conscience "sans changement" en 2 pôles : Shiva et Shakti, ou Purusha et Prakritti dans la philosophie Samkya, lumière-conscience et énergie, le "je" et l'expérience, la dualité donc. On retrouve ces notions dans la physique moderne avec les concepts d'espace et de vibration.

C'est ce qu'on appelle "Maya", le sens de la différence. Et "Maya" était forcément dans Brahman ! On l'appelle illusion ou magie.

La partie énergie (Shakti, logos, le verbe) se transforme en espace-temps et expansion de l'univers. Shiva est la partie conscience suprême sans changement et Shakti la source de tous les objets mobiles.

 

3 - Le point : Bindu :

Toute manifestation naît donc du "mental cosmique". Selon le Vedanta, le mental universel est symbolisé par "Hiranyagarbha", la matrice d'or ou l'oeuf cosmique. De celui-ci émerge bindu, qui représente le temps, l'espace et la matière sous forme d'un germe, d'un point unique. Ce point concentre donc la "volonté" et la "parole". C'est la puissance de la création.

La physique moderne parle d'un début extrêmement chaud, lumineux, des milliards de fois plus dense que le plomb. Les atomes n'existaient pas. Il ressemblait à une purée de particules : électrons, photon, quarks). Ces particules allaient s'organiser pour écrire les livres que sont les strutures cosmiques et les êtres vivants. En 13,7 milliars d'années, l'univers en expansion va se refroidir, sa matière va se raréfier ce qui permettra aux particules de s'organiser.

Hubert Reeves indique par des réflexions basées sur l'expérience scientifique qu'à l'origine est le règne de la flamme, qui fait place à la musique après le "Big Bang". C'est dans les 3 minutes qui ont suivies ce big bang que c'est créé le cosmos.

A l'un des pôles du mental universel est le temps et à l'autre pôle, l'espace avec au centre la matière. Pendant l'acte de création, le temps et l'espace se rapproche. Au moment où ils se rejoignent en bindu, survient une explosion au sein de la matière : c'est l'origine de la création. Quand la force vitale est suffisante, elle émane de bindu. L'univers est le produit de l'explosion qui survient dans le noyau du mental universel.

Il y a donc un lien fort entre nada (le son) et le prana (le souffle vital). La manifestation n'est rien d'autre que l'apparition de la conscience.

P1150491 mailjpg

4 - La naissance du son :

Le bindu se compose de donc deux parties : mâle (ham) et femelle (so). Le nada es la relation des deux. Nada signifie "courant de conscience". C'est un son non manifesté. On appelle Shabda le son manifesté. On parle des deux lèvres que forment Shiva et Shakti et le son en est leur résultat.

 

 

Le son approximatif du mouvement créateur est OM ou AUM. Il est l'expression sonore de l'impulsion créatrice. La naissance du monde est comme un cri, une parole, un éclatement d'énergie.

 

5 - La formations des noms naturels :

Le son se diversifie ensuite en sons articulés (les syllabes) et en sons non-articulés sans signification. Le langage primordial était essentiellement monosyllabique. Les 50 lettres de l'alphabet sanskrit sont en relation avec les sons , comme les atomes sont en relation avec  les substances matérielles. Les atomes se combinent pour former des molécules, il en va de même pour les lettres qui vont former des mots.

Quel est le nom naturel d'un coquillage ? C'est le son de l'impulsion causale qui engendre et conserve tout ensemble le coquillage. Ce n'est pas le son  perçu par l'oreille, mais le son perçu par l'Oreille Suprême et infinie qui perçois sans condition ce son tel qu'il est. Le nom naturel d'une chose au sens pur est le son de ces forces constitutives.

 

6 - La formation des noms approximatifs et des objets :

Ce nom approximatif sera l'impulsion causale entendue par un yogi, un sage et transmis imparfaitement par lui. Le son OM ou AUM est seulement le son approché de l'impulsion causale.

Du point de vue de la création cosmique, le mental apparaît le premier, puis à partir de lui se développe le monde physique. Le langage est une manifestation de la faculté interieure de nommer : la pensée.

Quelle que soit la race de la personne, l'objet pensé est le même. Ce qui explique qu'on peut lire les pensées d'une personne qui parle une autre langue. Le mouvement des pensées est le même mais l'expression diffère (le langage).

La parole vient en second après la pensée. Puis de cette parole vient l'univers, les objets. La parole (Vox en latin et Vâch en sanskrit) est féminine et créatrice. Elle est représentée en Inde par la vache cosmique.

Les sons engendrent des vibrations qui produisent des formes comme des rayons sur l'eau. Le yoga du son permettra à partir des vibrations sonores de remonter à "la source".

 

EMISSION DE SONS NON ARTICULES

 

Le son est la base de l'enseignement traditionnel en Inde. On rappellera l'histoire du jeune indien qui veut devenir architecte. Son Maître lui dit qu'il faut tout d'abord apprendre la sculture. Le Maître de sculture lui dit que pour maîtriser celle-ci il doit apprendre à dessiner. Le Maître de dessin lui dit qu'il faut qu'il maîtrise la danse avant d'apprendre le dessin. Et le maître de danse  lui dit qu'il faut qu'il apprenne le chant et la musique !

Les Rishis (grands sages de l'Inde ancienne) ont repéré dans les sons de la nature et les ont classé en 22 intervalles (Shrutis). Ces 22 intervalles correspondent aux 22 nadis (courants) dans la région du coeur. Ils pouvaient distinguer ces 22 notes. Aujourd'hui on parle de 12 notes plus facilement reconnaissables.

Chaque note de musique correspond à un chakras, une région particulière d'énergie dans le corps principalement placé le long de la colonne vertébrale. Chaque note provoque une émotion (rasa) ainsi qu'une couleur.

Les combinaisons de différentes notes selon un shéma bien particulier et étudié depuis de longues lignées de Maîtres à disciples correspondent aux Ragas (couleurs de l'esprit). Ainsi on pourra modifier son état d'esprit à l'aide de ces différentes combinaisons de notes (voir les pages de la rubrique "sitar").

 

ECOUTE DE SONS

Après la phase d'émissions de sons, viendra différentes techniques d'écoute et de retrait des sens afin d'affiner de plus en plus l'écoute des sons intérieurs, notre conscience et d'approcher de plus en plus par étapes cette "source" du son primordial.

Pour percevoir un son il ne faut pas l'imaginer. On doit fixer son mental sur un point et découvrir le premier son. On reste sur ce son jusqu'à ce qu'il soit clair, puis on passe à un son plus subtil, derrière ce premier son. On oublie le premier son. Et ce jusqu'à ce que  la conscience soit totalement perdue ou séparée du mental.

 

EFFETS DES SONS

Différents sons seront perçus dans les différentes sphères de notre personnalité.

La première sphère correspond aux deux premiers corps : Anna Maya kosha (le corps physique) et Prana Maya kosha (le corps énergétique). La deuxième sphère de notre personnalité correspond à Mano Maya kosha (le corps mental) et Vigyana Maya kosha (le mental profond).

Les sons sonores agissent sur le plan physique, les sons silencieux sur le prana, les sons mentaux sur le mental. La conscience du son  s'affine de plus en plus jusqu'à un point central qui est peut être dans le coeur, dans la poitrine ou dans le crâne.

La technique du nada yoga est donc la remontée aux sources de la parole, le processus de manifestation par le son, qui se fait au travers des chakras.

1- Actions sur le corps physique :

On sait que le son agit sur la matière, il peut détruire des objets. Nos corps sont essentiellement constitués d'eau, et l'eau réverbère facilement les vibrations.  On ressentira les effets de cette résonance dans notre structure cellulaire.

  • L'émission de sons prolonge l'expiration favorisant des inspirations amples et profondes et une élimination massive des toxines.

  • Les vibrations permettent un meilleur échange respiratoire et un micro-massage des principaux organes abdominaux notamment l'estomac.

  • Il y a aussi un auto massage des tissus les plus profonds et des cellules nerveuses avec une augmentation de la circulation sanguine.

  • Les glandes à sécrétion interne sont donc stimulées (hypophyse, pinéale, thiroïde, thymus, surrénales et gonades).

  • Une élimination des contractions inconscientes pendant la respiration.

  • L'ossature de la cage thoracique vibre qui provoque ainsi de meilleures échanges gazeux.

  • Les sens sont absorbés par les sons ce qui permet une diminution des douleurs du corps.

  • Les sons graves induisent la production d'endorphines par vibrations sonores du cerveau.

 

2 - Actions sur le corps énergétique  (pranique) :

Etant donné le lien très fort entre Nada et Prana au moment de la création, on conçoit que l'un des meilleurs vecteurs de transmission de prana (énergie vitale) est le son.

  • On peut donc guérir autrui ou soi-même.

  • La simple attention posé sur un chakra l'active. L'émission du son correspondant à ce chakra active la dissipation des perturbations physiques, émotionnelles, énergétiques et mentales que renferme le souffle vital.

  • Si on contrôle le prana, le mental sera contrôlé, de même, le son a le pouvoir de contrôler le mental ce qui va contrôler le prana.

 

3 - Actions sur le corps mental :

  • Le mental est calmé. La conscience ou la perception s'introvertit et les obstacles disparaissent.
  • Dans le son AUM, A est prononcé avec un son long "aaa" qui produit des ondes beta qui extériorisent. U est prononcé "ooo" qui induit des ondes theta relatives aux souvenirs d'impressions et de rêves, M induit des ondes delta relatives au sommeil profond et à l'inconscient "mmm". La combinaison de ces trois sons avec un temps approprié pour chacun de ces trois permet d'obtenir les ondes alpha.
  • On peut mieux entendre le silence après les sons. On entend les mouvements de l'inconscient et du subconscient car on s'extrait des soucis et des préoccupations inhérentes à la vie.
  • L'action sur les glandes endocrines induit un changement de nos humeurs, émotions.
  • Notre mental devient plus subtil; a passion se transforme en pureté. Les pensées négatives disparaissent, induit une détermination.

 

4 - Actions sur le corps psychique :

  •  On va dépasser la sphère mentale. L'intellect ne permet pas de dépasser cette sphère du mental.
  • On peut avoir accès à chacun des trois niveaux de conscience (veille, sommeil, causal).
  • On peut retrouver "sa tonique", notre note de base qui correspond à notre nature profonde - la place que nous occupons dans le monde ou tout est vibration, tout bouge.
  • On développe la capacité de poser notre conscience à l'intérieur de plus en plus. Si on devient capable d'entendre plus profondément en soi, cela créra une plus grande résonance entre la vie extérieure et la vie intérieure. L'expression de notre vie extérieure est un reflet de ce son ontérieur.
  • Nous devenons des instruments du Divin.

 

5 - Perception du corps causal : Dieu ?

Cela permet de retrouver l'état de conscience originel obtenu par les Sages qui firent en premier ces expériences.

Le son ultime est indescriptible. Les Nada yogis disent qu'au moment où la conscience individuelle fusionne avec la conscience cosmique, c'est l'état le plus élevé de Nada. Le pratiquant réalise sa conscience la plus élevée en Nada et voit tout l'univers comme la forme du son.

Ce son ultime peut être considéré comme être sans son ou tous les sons à la fois. Mais à ce stade qui expérimente ? L'ultime réalité est indescriptible selon les Sages. Reste à nous de l'expérimenter !

Pythagore décrivait déjà les rapports numériques dans les harmonies musicales l'amenant à expliquer le cosmos comme un gigantesque instrument harmonique, d'origine divine.

On retrouve la création par le son dans les Evangiles "Au commencement était le Verbe et le Verbe était avec Dieu et le Verbe était Dieu" ; comme dans les Vedas "Au commencement était Brahman, avec lui était la Parole et la Parole est Brahman".

Et je ne peux m'empêcher de citer Sainte Bernadette  qui disais que pour que Jésus croisse, il fallait qu'elle diminue. Elle prononçait le mot "nada" dans son patois qui signifie "je ne suis rien !" : "nada !  Je ne suis rien !"